LA PHRASE D’ACCROCHE DE 2018 : « NOUS AUSSI, NOUS RESPECTONS VOTRE VIE PRIVÉE »

Il ne peut pas vous avoir échappé : dès le vendredi le 25 mai, vous devez respecter le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Jamais tant d’e-mails ont été envoyés pour demander le consentement pour pouvoir continuer à envoyer des e-mails à l’avenir. Alors que le 18 mai, le message était encore ‘est-ce que vous voulez nous donner votre consentement’, cela devenait vers le 25 mai : ‘si vous ne voulez plus recevoir des e-mails, désabonnez-vous à l’aide du bouton ci-dessous’. Jusque-là le consentement actif. Beaucoup d’entreprises aussi changent leurs conditions générales ou leur politique de confidentialité à minuit moins cinq.

Personne ne conteste qu’il est important de protéger les données personnelles, tandis que nous tous en même temps partageons nos données assez facilement avec un service (gratuite) comme Facebook. EMAKERS a aussi collecté des (vos) données dans le passé. Ainsi, nous pouvons partager nos connaissances et contribuer à un meilleur monde (de cybercommerce).

Toutefois, beaucoup d’entreprises se fourrent le doigt dans l’œil si le RGPD est abordé comme une nécessité. Réglementation. Le RGPD concerne un droit fondamental qui touche le cœur de chaque entreprise.

Chez EMAKERS, nous ne sommes pas plus catholiques que le Pape. Mea culpa : pendant que nous avons travaillé très dur à la protection des données à caractère personnel dans les coulisses, il y avait régulièrement aussi quelque chose de plus important à faire : un appel d’offre, des travaux urgents pour un client, ou la rédaction d’un article sur RGPD.

Framework EMAKERS for protecting personal data

Les améliorations les plus importantes que nous avons réalisées sont :

  • recensement de quelles données personnelles sont sauvegardées et où, y inclus une politique concernant le traitement de ces données ;
  • création d’un accord de traitement standard ;
  • création d’un accord avec notre personnel ; pour la protection de leurs données personnelles et comment ils traitent vos données ou les données de vos clients ;
  • création d’une politique de sécurité plus stricte concernant qui a accès à vos données ou les données de vos clients ;
  • communication interne sur l’importance de la diligence quand un employé traite vos données ou des données de clients.

RGPD EN PRATIQUE

Malgré que beaucoup d’entreprises soient plutôt correctes, il est dans la pratique souvent difficile de montrer pour chaque record individuel s’il y avait un consentement actif dans le passé. Les e-mails qui sont envoyés en masse la semaine avant le 25 mai ont une conversion lamentable. Nous sommes curieux si tous les expéditeurs vraiment arrêteront de vous envoyer des e-mails si vous n’avez pas réagi activement.

EMAKERS de son côté n’a envoyé presque pas de bombardements d’e-mails (pour des clients) pour demander la permission pour continuer à envoyer des e-mails. Pour nous, il était toujours logique que chacun peut se désabonner de la communication (commerciale) future, à chaque moment.

Il est certain que nous avons beaucoup du pain sur la planche. Les semaines suivantes nous travaillerons dur à :

  • poursuivre la simplification de nos conditions générales et notre politique de confidentialité ; nous avons réécrit nos conditions générales l’année passée, visant à une formulation claire ; simplifier un texte légal est plutôt difficile et notre propre politique de confidentialité n’est pas encore toute prête ;
  • la création d’un manuel détaillé sur comment nous demanderons la permission dans l’avenir, comme best practice – cela était déjà prévu avant que le RGPD devenait un hot topic ;
  • l’amélioration de notre sécurité complète de nos systèmes, parce que la continuité est primordiale pour nous ; cela était aussi déjà prévu ; nous travaillons avec des fournisseurs de premier plan qui ont déjà réglé des choses par défaut, mais néanmoins, il est toujours une bonne idée de faire un effort supplémentaire en matière de sécurité.

Le droit à l’oubli et d’autres règles supplémentaires ont beaucoup d’effet sur un PME comme EMAKERS. C’est pourquoi nous avons décidé de maintenant traiter manuellement ces demandes 1-à-1, armé d’un plan par étapes simplifié.

Nous pensons qu’il est nécessaire de travailler de manière pragmatique ici, parce que nous observons des différences considérables concernant l’interprétation de la nouvelle réglementation. Il va de soi que nous surveillons étroitement les développements, y inclus des actions en justice possibles par l’autorité de protection de données.

Nous espérons de continuer à traiter beaucoup de données à l’avenir et vous remercions pour votre confiance en EMAKERS.